Maîtriser le trac

with 18 commentaires

Dans quelques instants, vous allez devoir monter sur scène et affronter le public. Une boule dans le ventre, vous vous demandez ce que vous faites là, vous vous sentez ridicule. Vous pensez que vous ne pourrez pas allez jusqu’au bout du morceau sans vous tromper. Votre gorge se dessèche, vos mains tremblent et deviennent moites. Votre cœur s’emballe, votre respiration s’accélère et des rougeurs apparaissent sur votre visage, sur le cou. Vous voulez vous enfuir. Bref, vous avez le trac !

 

Qu’est-ce que le trac ?

C’est en réalité un phénomène normal et naturel. Le trac est une anxiété d’anticipation, qui doit se dissiper lorsqu’on passe à l’action. Musicien, comédien, danseur, orateur, conférencier, toute personne devant s’exprimer devant un public est un jour confrontée au trac.

Malheureusement, chez certaines personnes, le trac persiste et entraîne une diminution de la prestation. Mal maîtrisé, il transforme ce qui devrait être un moment de partage et de plaisir en une terrible épreuve…

On peut être un musicien remarquable avec une brillante carrière et avoir le trac en permanence. C’est le cas de la pianiste Martha Argerich, par exemple, qui ne se produit plus en solo sur scène. Ce fut le cas également de Claudio Arrau ou de Jacques Brel. Ces musiciens ont su accepter leur trac et trouver leurs propres solutions pour continuer leur carrière.

Je considère le trac comme étant un stress avant tout lié à la peur du jugement d’autrui.

L’organisme réagit en exprimant son émotivité. Sur le plan psychique, cela se traduit par une anxiété irraisonnée.

Rien de plus normal que de ressentir cette peur intense, mais passagère, avant de réaliser devant les autres un acte important pour soi.

Dernièrement, une de mes élèves pianistes paniquait à la seule idée de devoir jouer sur scène lors d’un futur spectacle.

Je lui ai proposée que nous discutions ensemble afin de chercher d’où pouvait venir ce si grand sentiment de peur. Elle a fini par évoquer le souvenir d’un des membres de sa famille qui, lorsqu’elle était enfant, l’obligeait à réciter sa dernière poésie apprise à chaque repas dominical.

Si le trac vous paralyse et vous faire perdre tous vos moyens, c’est probablement en raison d’un évènement ancien. Peut-être avez-vous subi autrefois une situation d’exposition au regard d’autrui très difficile à vivre. Si elle n’a pas été dénouée psychiquement, cette situation peut expliquer votre blocage.

Dans la plupart des cas, le trac ne provient pas de la réalité des conditions présentes mais de notre représentation mentale de la situation et de notre manière de l’appréhender.

 

Mes conseils

Travailler

Toute faiblesse, toute faille dans la connaissance et l’exécution de l’œuvre seront source d’angoisse supplémentaire. Sous le coup de l’émotion, vous risquez ainsi d’oublier tout ce que vous n’aurez pas parfaitement intégré.

Alors, mieux vaut bien se préparer !

Personnellement, j’utilise le travail comme remède anti-trac. C’est le plus efficace que je connaisse.

Plus vous axez votre travail dans le détail et la précision, mieux vous saurez maîtriser votre trac.

Plus vous serez concentré sur vos phrases musicales, vos respirations, vos positions, votre discours musical, votre interprétation, moins vous laisserez le mauvais trac vous envahir.

Connaissez votre morceau à 200 % !

 

Prendre soin de son apparence

Portez des vêtements qui vous mettent en valeur et dans lesquels vous êtes à l’aise. Soignez votre coiffure. Si vous êtes une femme, veillez à la qualité de votre maquillage. Une tenue dans laquelle vous vous sentez mal, à l’étroit ou qui vous désavantage aura une influence néfaste sur votre psychisme.

J’ai souvenir d’un de mes concerts qui fut catastrophique en raison d’une nouvelle paire de chaussures que je venais d’acheter et qui m’ont obnubilée durant tout le concert.

 

Se relaxer

Prenez conscience des muscles inutilement tendus (épaules, cou, nuque, dos…).

Levez les épaules plusieurs fois, tournez lentement la tête à droite et à gauche tout en respirant profondément par le ventre.

Détendez le visage, relâchez la mâchoire, la bouche, les joues.

Afin de vous sentir solide, identifiez vous à un arbre aux larges branches et aux racines bien ancrées dans le sol.

Concentrez-vous vraiment sur votre respiration : respirer avec une grande amplitude pour ventiler le corps et oxygéner votre cerveau afin d’éviter que la machine ne s’emballe… Inspirez par le nez et expirez le plus longtemps possible en allant au bout de votre expiration.

 

Anticiper le début de la prestation

Visualisez le moment où vous allez arriver devant le public. Représentez-vous en train de marcher vers le piano, puis régler le tabouret. Visualisez votre détente devant le clavier et votre concentration silencieuse. Enfin, projetez-vous dans votre attaque du morceau et la beauté de votre réussite musicale. Fixez ces images en vous et gardez en tête ces sensations agréables.

Soyez positif !!!!

Évitez d’imaginer des scénarios catastrophes. Ils parasitent l’esprit et entretiennent votre anxiété.

Au contraire, imaginez un auditoire enthousiaste ! un public sous le charme…

Apprenez à reconnaître vos points forts ainsi que vos faiblesses. Apprenez à anticiper, à mettre en œuvre vos capacités afin de réagir de manière adaptée à toute situation.

Quoi qu’il arrive lors d’une prestation, vous devez aller jusqu’au bout de votre interprétation, vous devez en maintenir l’équilibre.


Oser et persévérer

Maîtriser le trac demande de l’expérience. C’est en multipliant les occasions de vous produire en public que vous y réussirez. Alors profitez de toutes les occasions qui se présentent pour jouer, chanter sur scène mais aussi en famille, devant des amis.

Il faut sans cesse se mettre en situation. Pratiquer, pratiquer et pratiquer encore. Et sur le long terme…

Le trac est un formidable allié pour se mobiliser et donner le meilleur de soi-même.

Il nous incite alors à nous préparer d’avantage et donc à peaufiner notre travail.

 

Pour conclure

Il est important d’analyser les causes de son trac et de comprendre ce qui provoque ce déficit de confiance en soi.

Encore une fois, prenez conseil auprès de votre professeur. Il saura mettre en avant vos points forts et vous donnera les outils pour exprimer le meilleur de vous-même.

 

 

Avez-vous trouvé des solutions personnelles pour maîtriser le trac ?

Laissez un commentaire ci-dessous

Pour aller plus loin : je vous recommande le livre de Pascal Le Corre « L’art du trac » :  


Crédit photo : Crashmaster007

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.6/5 (15 votes cast)
Maîtriser le trac, 4.6 out of 5 based on 15 ratings
Maîtriser le trac
4.58 (91.58%) 19 votes

Comments

comments

18 réponses

  1. sophie
    | Répondre

    Ma méthode pour maîtriser le trac est la relaxation.
    Les exercices de Martenot sont très efficaces. Ils sont très utilisés par musiciens
    Au plaisir
    Sophie

    • Barbara
      | Répondre

      Maurice Martenot est surtout connu en France pour sa méthode de formation musicale (solfège). Je ne connaissais pas sa méthode de relaxation. Voila un outil de plus pour combattre le trac.
      A bientôt,
      Barbara

  2. Antoine
    | Répondre

    très bons conseils! je vais les utiliser lors de mes compet’s de skate où j’ai souvent le trac

    bonne suite pour ton blog Barbara

    • Barbara
      | Répondre

      Bonjour Antoine,

      Très heureuse que mon article puisse te servir dans ton domaine.
      Bonne réussite pour tes futurs compétitions.
      Barbara

  3. Justine
    | Répondre

    Des conseils au top, merci beaucoup Barbara :)

  4. Aude
    | Répondre

    Merci pr ces conseils, je suis assez d’accord!
    Pourrais-tu dans un autre article, nous raconter ton premier concert, si tu t’en rappelles bien sur… Bonne semaine!

  5. pascale1798
    | Répondre

    Je trouve ton article extrêmement intéressant. Le trac est un passage obligé même pour les plus grands artistes. Derrière la peur et le trac se cache toujours une forte envie de vivre pleinement la joie d’être sur scène et de partager avec le public.
    La respiration et la visualisation sont deux techniques qui fonctionnent vraiment bien et que j’encourage à essayer.
    Bonne continuation

  6. Nadia
    | Répondre

    Bonjour Barbara,

    je ne suis pas pianiste mais j’aime la musique, j’ai fait un peu de guitare.
    Par contre ton article sur le trac s’adresse à bien d’autres situations comme parler en public par exemple. Tes conseils sont donc les bienvenus.

  7. mrbungle31
    | Répondre

    Excellent article. Je m’y retrouve (hélas !!!!) complètement. Ma prof (qui est russe) conseille de boire 30 mg (je suppose ml) de vodka deux heures avant. Personnellement, il vaut mieux éviter quoique ce soit d’autre, cela ne pourra que nuire à l’interprétation.
    Une chose qui est particulièrement vraie pour combattre le trac de la scène, c’est la pratique (je n’en fais pas assez souvent hélas). Une technique quand comme moi on habite une maison de village près d’un square, c’est d’attendre que des gens viennent se poser sur les bancs, puis se mettre au piano et jouer son répertoire. Là je reproduis les mêmes sensations que la scène.

    • Barbara
      | Répondre

      A chacun sa solution ! La vôtre semble être d’une humanité certaine. Bon courage.

  8. Nicolas
    | Répondre

    Le trac, quelle horreur !!!
    Tout le monde dit que cela se travaille et qu’un excellent entrainement permet d’y faire face.
    Je ne suis qu’à moitié d’accord avec cela.
    Oui il est certain que si on s’est très bien entrainé on va réussir mais suivant les personnes le public/scène peut faire peur et on peut complètement perdre nos moyens (chacun réagit différemment)
    Ceci dit la Programmation neuroLinguistique (PNL) est aussi une des méthodes pour le combattre. La partie de cet article « Anticiper le début de la prestation » y fait indirectement référence.
    En tout cas pour moi seule l’expérience sur le terrain permet de s’en débarrasser ou à défaut « l’atténuer ». :)

  9. Marie
    | Répondre

    Bonjour, je fais partie des gens qui ne maîtrise pas du tout le stress devant le public… l’année dernière je me suis totalement plantée à mon audition de piano, une véritable catastrophe comme on en fait rarement =).
    Le problème c’est que j’ai une autre audition en janvier et j’avoue que je ne sais vraiment pas quoi faire… Je vais peut être tenter avec ces conseils merci en tout cas!

    • Barbara
      | Répondre

      Bonjour Marie, suivez mes conseils et ayez confiance en vous. Travaillez beaucoup vos morceaux et ne vous minimisez pas. Vous êtes certainement une personne formidable. Alors emplissez-vous de confiance, encore et encore. Bonne chance pour votre audition. Je suis sûre que vous allez jouer comme vous le souhaitez.

  10. Tsanta
    | Répondre

    aaaaaaaaaaaaaaaaaaah le trac…….ça c’est ma bête noire lol! il n’y a pas si longtemps que ça, le 15 juin 2014 pour être exacte, je participais à une audition de fin d’année qui avait lieu à la salle des fêtes de luray (28) et en public…..cette audition était organisée par l’association les mille et une note, école de musique de luray ou je prends mes cours de piano tous les vendredis soir….Pour cette audition, les élèves devaient jouer un morceau de leur choix….Moi, même si j’ai repris les leçons de piano (après 10 années d’arrêt) en janvier 2014, mon choix s’est porté sur « nocturne n°20 en do dièse mineur » de chopin, un morceau pour lequel j’ai eu un énorme coup de coeur (à force de regarder « le pianiste » de polanski) et que j’ai mis pas mal de temps à maîtriser (environ 4 mois)……durant cette audition, on a eu droit à tous les univers musicaux : de « bella » de maître gims en accordéon à la musique du jeu super mario bros (nintendo) en guitare en passant par « sur le fil » (un extrait de la bo du film amélie poulain) de yann tiersen en piano…..et moi je suis passée avant-dernière avec mon « nocturne »…..la première partie de mon morceau se passe sans trop de problème…..c’est au moment ou j’attaque la deuxième partie (la plus difficile) du morceau que les choses se gâtent….un moment, mes doigts (et tout mon corps) se mettent à trembler sur le clavier du piano ce qui fait que j’ai l’impression de ne plus rien maîtriser et la je me met à « cafouiller » complètement lol…..bref une cata quoi! mon trac était monté à son paroxysme je crois mdr! mon prof de piano m’a dit que j’ai bien joué et que c’était super beau mais bon….ma famille qui était venue de paris pour l’occasion et qui a filmé ma prestation a trouvé que je jouais bien malgré mon trac que j’ai eu du mal a surmonter……

    http://youtu.be/yZmfJW8QsCw

  11. Tsanta
    | Répondre

    Mon dernier cours de piano a eu lieu le 27 juin 2014 et la j’ai demandé à mon prof de me filmer en train de jouer « nocturne n°20 » de Chopin et il a aimé mon interprétation du morceau (je précise que je le joue d’une manière assez calme)

    http://youtu.be/CzGxh24Bj5c

    j’aimerais savoir ce que vous en pensez (n’hésitez pas à me mettre des commentaires positifs ou négatifs sur ma vidéo)

  12. Tsanta
    | Répondre

    aaaaaaaaaaaaah moi aussi je fais (malheureusement) partie de ces personnes qui ne savent pas du tout maîtriser leur trac quand elles doivent jouer devant un public….il y a environ un mois de ça (15 juin 2014) je participais à une audition organisée par mon école de musique et qui s’est tenue à la salle des fêtes de luray (28) et en public….pour cette audition tous les élèves devaient jouer un morceau de leur choix….moi, mon choix s’est porté sur « nocturne n°20 en do dièse mineur » de chopin, un morceau que j’adore et que je maîtrise bien quand je le joue chez moi devant ma famille ou devant mon prof de piano lors de mes leçons du vendredi soir…..Le jour de l’audition, je suis passée l’avant-dernière ce qui augmentait encore plus mon stress….La première partie de mon « nocturne » se passe sans trop de problèmes mais c’est lorsque j’attaque la deuxième partie (un peu plus difficile) du morceau que tout se complique…..un moment, mes doigts (et tout mon corps) se mettent à trembler sur les touches du piano ce qui fait que j’ai l’impression de ne plus rien maîtriser….résultat je me « plante » complètement! une méga cata quoi! je suis quand même allée au bout de mon interprétation….ma famille, qui était venue de paris pour me voir jouer et qui a filmé mon passage ainsi que mon prof, m’ont dit que j’avais bien joué et que mon trac ne s’était pas vu du tout…..Mais bon moi je n’en suis po totalement convaincue lol! Je vais essayer de prendre un peu plus confiance en moi et appliquer vos conseils à la lettre! En tout cas merci pour votre blog! Il est super!

    PS : voici la vidéo de mon audition dans laquelle je jouais « nocturne »…..
    http://youtu.be/yZmfJW8QsCw

  13. Armand
    | Répondre

    Merci beaucoup pour les conseils. Personnellement sa fait plus de 10 ans que je fais du piano mais IMPOSSIBLE de jouer en public. Pourtant je me filme sans problème, je joue devant mes différentes profs sans problème mais dès que je joue devant qq d’autre : Catastrophe! Mes mains tremblent beaucoup (impossible de jouer précisément), sont moites et mon cœur s’emballe. Pourtant j’ai pas de problème pour parler en public. C’est juste qd j’ai un instrument dans mes pattes je peux plus rien faire.

  14. Alexandre Desbois
    | Répondre

    Bonjour,

    J’aime particulièrement le conseil de la visualisation qui est très efficace.
    J’ai suivi un cours de gestion du trac par Patrick Roger lors d’un stage de piano et il nous conseillait de visualiser la performance jusqu’à un mois à l’avance ! Ensuite, il fallait visualiser régulièrement, une semaine avant, un jour avant, une heure avant et c’est partit !

Répondre