Grands interprètes : Martha Argerich

with 4 commentaires

martha argerich

 

 

Martha Argerich est sans conteste une des plus grandes interprètes vivantes. Pianiste respirant la joie de vivre, éprise de liberté et farouchement rebelle, ses interprétations d’un caractère souvent sauvage sont acclamées dans le monde entier.

Son parcours est incroyable ! Née en 1941 à Buenos-Aires, Martha Argerich donne son premier concert à l’âge de trois ans. A huit ans, elle interprète en concert le Concerto pour piano n° 1 de Beethoven et le Concerto pour piano n° 20 de Mozart. Agée de seize ans, ce qui est exceptionnel, elle remporte le Concours Busoni et le Concours de Genève. En 1965, le public l’ovationne lors son triomphe au prestigieux Concours Chopin de Varsovie.

Martha Argerich a bénéficié de l’enseignement des plus grands Maîtres de l’époque : Bruno Seidhofer, Friedrich Gulda, Nikita Magaloff, Madeleine Lipatti, Arturo Benedetti Michelangeli et Stefan Askenase.

Si son tempérament fougueux la porte naturellement vers des œuvres de grande virtuosité, elle ne s’enferme pas dans ce genre, bien au contraire. Son répertoire très large comprend aussi bien Beethoven que Chostakovitch, Bach, Chopin, Schumann, Messiaen, Liszt, Debussy ou Ravel.

Son jeu pianistique est tout bonnement prodigieux. Elle peut se permettre toutes les audaces et jouer de plus en plus vite tout en se maîtrisant à la perfection.

Un concert de Martha Argerich est toujours un événement… imprévisible. Elle est connue pour avoir de soudaines sautes d’humeur et être capable d’annuler un concert au dernier moment.

Ces dernières années, elle privilégie la musique de chambre et aime s’entourer d’amis musiciens et de jeunes talents à qui elle apporte généreusement son soutien.

Afin de vous permettre de découvrir le jeu de cette immense artiste, j’ai sélectionné ci-dessous quelques vidéos qui ne devraient pas vous laisser indifférents. Personnellement, certaines me donnent des frissons.

 

Scherzo n° 2 de Frédéric Chopin

Martha Argerich est ici filmée en studio en 1966, soit un an après sa prodigieuse réussite au Concours Chopin de Varsovie. Elle débute alors sa longue carrière avec une énergie formidable.

Réglages de la vidéo

Pour voir la vidéo en plein écran, cliquez sur le petit carré en bas à l’extrême droite de la vidéo.

 

Jeux d’eau de Maurice Ravel

En 1928, Ravel écrivit: « Les Jeux d’eau, parus en 1901, sont à l’origine de toutes les nouveautés pianistiques qu’on a voulu remarquer dans mon œuvre. Cette pièce, inspirée du bruit de l’eau et des sons musicaux que font entendre les jets d’eau, les cascades et les ruisseaux, est fondée sur deux motifs à la façon d’un premier temps de sonate, sans toutefois s’assujettir au plan tonal classique. »

Sous les doigts de Martha Argerich, le clavier se fait liquide et ruisselle de mille gouttelettes…

 

Martha Argerich et Evgueny Kissin : Sonate KV 521 pour piano à 4 mains (1ère partie)

Cette rencontre de deux titans du piano a été merveilleusement filmée en 2004 au festival de Verbier. Et c’est un véritable moment de grâce musicale !

Comment ne pas être transporté par la beauté jubilatoire de cette œuvre de Mozart, l’extraordinaire aisance du jeu de Martha Argerich, ses regards bienveillants vers son jeune et brillant partenaire et leur parfaite entente musicale ? Il se dégage ici quelque chose de supérieurement indicible, d’essentiel et de profondément humain jaillit : la musique !

J’en ai encore des frissons…

 

Martha Argerich et Evgueny Kissin : Sonate KV 521 pour piano à 4 mains (2e partie)

 

Et vous, que ressentez-vous en écoutant Martha Argerich ?

Laissez un commentaire ci-dessous.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.0/5 (6 votes cast)
Grands interprètes : Martha Argerich, 5.0 out of 5 based on 6 ratings
Evaluez cet article

Comments

comments

4 réponses

  1. mrbungle31
    | Répondre

    Une sublime pianiste, à la personnalité troublante.
    J’aime sa collaboration et son amitié avec Gidon Kremer, et leur vision de la musique. Ils sont plus que capables effectivement de jouer du classique, mais eux n’ont pas hésité (séparés ou ensemble) à s’aventurer dans des domaines musicaux beaucoup plus improbables.

  2. Bafiala
    | Répondre

    j’ai ressenti son interprétation du jeux d’eau de Maurice Ravel comme un voyage d’un poisson dans un cours d’eau, un ruisseau, une rivière, un fleuve, puis une chute d’eau vers la troisième minute!!! C’est magique. Ses mains glissent sur les touches, sur les notes.
    Comment fait-elle??
    J’ai peur d’avoir des trop petites mains… comparées à elle.

  3. pergolese
    | Répondre

    Ce qui est amusant (cela va faire hurler certains) est qu’elle a avoué dans une interview sur la technique pianistique ne jamais faire de gammes ou d’exercices spécifiques (et même ne l’avoir jamais fait) préférant s’attaquer de manière directe aux difficultés techniques des oeuvres .

    La preuve :

    http://youtu.be/l_86HRWzuIQ

  4. Bordier Raymond
    | Répondre

    Bonjour et Félicitation MADAME. vous ne travaillez pas de gammes !!! ok je veux bien mais quel travail pour jouer comme vous jouez et quel cerveau vous devez avoir car vous jouez tout de mémoire. Chapeau et respect. Merci pour vos vidéos. Amicalement
    Raymond

Répondre