Disparition du pianiste Dave Brubeck

with 2 commentaires

dave-brubeckA la veille de son 92e anniversaire, le pianiste de jazz américain s’est éteint le 4 décembre dernier à Norwalk, dans le Connecticut. A la fin des années 50, il révolutionna le jazz en utilisant des rythmes complexes qu’il sut rendre accessible au grand public. Son groupe, le Dave Brubeck Quartet, connut en 1959 une renommée mondiale fulgurante grâce à l’album Time Out qui contenait trois tubes : Take Five, Blue Rondo à la Turk et Three Get To Ready.

Le plus surprenant dans le succès de Take Five est que cette composition est basée sur une mesure à 5 temps, ce qui était rarissime dans le jazz de l’époque. En 1961, il renouvela l’expérience avec Unsquare Dance, un morceau sur lequel, disait-il, on ne pouvait pas battre du pied (ou des mains). Malgré sa mesure à 7 temps, cette composition devint elle aussi un tube planétaire.

Quant à Three Get To Ready, il fut peut-être le morceau de Dave Brubeck le plus connu des français grâce à l’interprétation de Claude Nougaro qui le rebaptisa Le jazz et la java.

 dave-brubeck-quartet

Je souhaite que cette triste circonstance soit l’occasion pour vous de découvrir ou de réécouter ce grand pianiste de jazz dont vous avez probablement déjà entendu la musique sans savoir que, derrière elle, se trouvait le nom de Dave Brubeck.

 

Ecouter des extraits

Take Five                      Take Five

Three Get To Ready   Three Get To Ready

Unsquare Dance        Unsquare Dance

 

Etes-vous amateur de jazz ? Dave Brubeck est-il une découverte pour vous ?

Laissez un commentaire ci-dessous.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
Evaluez cet article

Comments

comments

2 réponses

  1. Patrick MORLET
    | Répondre

    Dave Brubeck est un des pianistes qui a berçé mon adolescence. j’avais d’ailleurs un de ses disques sur les rythmes, TIME OUT, (que j’écoutais en boucle) où il interprétait ces fameux « tubes », Take five, unsquare dance ou encore Blue rondo à la turque. J’ai même joué take five à l’harmonica (j’avais 16 ans) avec un copain guitariste de jazz. Et c’est vrai que ces morceaux m’ont fasciné. Je crois aussi que sur ce vinyl ‘ ( avec Paul Desmond) il y avait des morceaux sur tout les rythmes (3/4, 4/4, 5/4, 6/4,7/4, et même 9/8 si je me rappelle bien. Je crois qu’il y a par ailleurs, un opus, une étude de Mozart sur ce rythme 9/8 ? On croit que c’est une valse et on n’arrive pas à compter.
    Bon ! Le jazz a quand même généré de bons « produits » que j’aime (Oscar peterson, Bill Evans, Art Tatum , Bud Powell, Monk, Jarreth, hanckock, Corea, Petrucciani et d’autres). Mais quelles sont tes références ou tes préférences ? Le genre Fats Waller, Duke Ellington, Martial Solal, Claude Bolling, ou encore Mal Waldron. C’est l’humble question d’un amateur de jazz à une pianiste pro.
    Et si on faisait « le jazz et la java » avec Spinolia en
    hommage à Dave Brubeck.
    Patrick

    • Barbara
      | Répondre

      Salut Patrick,
      C’était important pour moi de souligner la mort de cet artiste que j’aime beaucoup.
      En revanche je suis beaucoup moins spécialiste dans le jazz que ne l’est Gilles avec qui tu pourrais échanger sur le sujet des heures durant…
      Gilles étant avant tout saxophoniste de jazz et grand amateur de Monk, de Mal Waldron ou Sonny Clarck et il a eu la chance durant sa carrière de jouer avec Steve Lacy.
      Ton idée de chanter « le jazz et la java » en hommage à Dave Brubeck m’emballe beaucoup !
      Voyons ce que Spinolia en pense…?
      Barbara

Répondre