6 conseils pour réussir à jouer par cœur

with 53 commentaires

jouer par cœur

 

Que penseriez-vous d’un comédien qui, au cinéma ou sur scène, jouerait en lisant son texte ? Vous vous diriez probablement qu’il ne rentre pas dans la peau du personnage et vous auriez raison. En musique, c’est la même chose. Pour bien interpréter une œuvre, il faut pouvoir s’exprimer avec le maximum de liberté et donc ne pas être encombré par la lecture.

Jouer par cœur, c’est aussi gagner de la confiance en soi et avoir la liberté de jouer en n’importe quelle circonstance.

Par exemple, imaginons que vous êtes invité chez des amis et que l’on vous demande de jouer du piano. Bien-sûr, vous n’avez pas de partition avec vous. Mais, comme vous connaissez plusieurs morceaux par cœur, cela ne vous posera aucun problème et vous pourrez partager avec eux un bon moment d’émotion musicale.

Jouer par cœur, cela s’apprend.

Vous pensez ne pas avoir de mémoire et qu’il est impossible pour vous de jouer sans partition. Il n’y a pas de fatalité. Suivez mes conseils et, si vous voulez vraiment jouer par cœur, vous y arriverez.

Au préalable, il peut être intéressant d’essayer de vous connaître un peu mieux. Cela permettra éventuellement de déceler certains obstacles vous empêchant de mémoriser la musique.

Posez-vous la question de savoir pourquoi la présence de la partition vous est indispensable. Les raisons peuvent être, entre autres :

  • un manque de confiance dans sa propre mémoire
  • la peur du regard d’autrui
  • un besoin de sécurité (la partition étant comme un garde-fou face au vide angoissant du « par cœur »)
  • une difficulté à oser

On retrouve là des similitudes avec les causes du trac.

Mes conseils :

1 – Analyser

Comme avant de partir en voyage on en étudie le trajet sur un plan, une analyse de la partition vous permettra de mieux y circuler et d’en mémoriser les trajets, obstacles et autres curiosités.

Essayez de repérer la construction de l’œuvre, les thèmes, les répétitions et les similitudes rythmiques ou mélodiques, les tonalités, etc. N’hésitez pas à annoter la partition, à en faire le plan en notant les parties (A, B, A, …) et les sous parties.

2 – Chanter

Chanter le plus possible ce que vous jouez. Chantez chaque mélodie. Chantez ce que joue chaque main. L’idéal, c’est de réussir à chanter avec le nom des notes, cela fixera dans votre mémoire l’association entre les sons et le nom des notes. Nous retenons beaucoup plus facilement un texte (poésie ou autre) lorsqu’il se présente sous la forme d’une chanson. Essayez également de chanter à la vitesse définitive du morceau.

3 – Photographier

La mémoire la plus évidente et la plus sollicitée dans notre vie est probablement la mémoire visuelle. Sans jouer, au repos, essayez de visualiser mentalement le début de la partition, le titre, les diverses indications et les premières mesures. Projetez cette image mentale sur un mur ou en fermant les yeux.

Retournez vers la partition pour mémorisez de la même manière les mesures suivantes, par petites sections. Photographiez ensuite chaque page. Notez que cette mémorisation sera plus efficace si elle intervient après avoir effectué les 2 étapes précédentes.

N.B. : certains musiciens vérifient leur mémorisation en recopiant (de mémoire) la partition. Si, si…

4 – Sentir

Concentrez-vous sur la mémoire tactile. Pour cela, jouez les yeux fermés. Vous commencerez avec un court fragment puis, petit à petit, vous essayerez de jouer des passages de plus en plus long. En supprimant un des 5 sens, jouer les yeux fermés permet de se concentrer sur l’ouïe et le toucher.

Les différents mouvements du corps (déplacements des doigts, des mains et des bras) seront ainsi mémorisés en tant que sensation. Je vous conseille également de faire ce travail avec chaque main séparée. A terme, vous devriez être capable de jouer par cœur chaque main séparément.

5 – Imaginer

Essayez de comprendre l’esprit de l’œuvre (et du compositeur). En tant qu’interprète — faites le parallèle avec le théâtre — vous pouvez raconter une histoire au public grâce à votre jeu. Chaque groupe de notes, chaque phrase doivent résonner affectivement en vous.

Laissez votre imaginaire se développer au fil du morceau. Vous mémoriserez mieux ce que vous avez à jouer en l’associant à une histoire, une courte scène, un paysage, etc. Voici quelques pistes pouvant servir de support à votre imagination :

  • un lieu dans la nature (paysage, jungle, montagne, ruisseau, mer, etc.)
  • une situation climatique (neige, pluie, vent, etc.)
  • une saison
  • vous êtes chef d’orchestre (il y a des instruments différents sous vos doigts, des solistes…)
  • une dispute suivie d’une réconciliation
  • une cérémonie princière
  • une course de vitesse
  • une pièce de théâtre
  • un rêve

6 – Répéter

Ce n’est pas par hasard que l’on nomme les séances de travail en musique des « répétitions ». Il en est de même pour la danse et le théâtre. En sport, on parle d’entraînement. Répéter régulièrement, pratiquer encore et encore, tels sont les secrets de la réussite en musique.

Plus vous pratiquerez, plus vous imprimerez des chemins entre votre cerveau et vos doigts. Au fil des répétitions, ces chemins deviendront des routes, des avenues, puis des autoroutes !

Ainsi, sans y penser, nous utilisons chaque jour notre mémoire corporelle (ou neuronale) pour marcher ou conduire une voiture. Nous acquerrons des réflexes grâce à la répétition de nos gestes. Pour réussir à jouer par cœur, il est indispensable que vous répétiez souvent et régulièrement votre morceau (avec intelligence, cela va de soi) .

 

En appliquant ces conseils, vous activerez ainsi 6 sortes de mémoires pour apprendre par cœur :

Sachez qu’en fin de carrière, le grand pianiste russe Sviatoslav Richter connaissait par cœur 80 programmes différents de récital d’une heure trente, soit plusieurs centaines d’œuvres !

 

 

Et vous, où en êtes-vous avec votre mémoire ?

Apprendre par cœur vous est-il difficile ?

Venez en parler en laissant un commentaire ci-dessous.

 

Crédit photo : André Pichette, archives La Presse

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.0/5 (41 votes cast)
6 conseils pour réussir à jouer par cœur, 4.0 out of 5 based on 41 ratings
6 conseils pour réussir à jouer par cœur
4.07 (81.46%) 41 votes

Comments

comments

53 réponses

  1. Shola
    | Répondre

    Super ce blog Barbara!De très bons conseils et astuces.Continue!!!
    En ce qui concerne la mémoire,je suis tout à fait d’accord avec toi.Dès que j’apprend un nouveau morceau,je le répète beaucoup jusqu’à le maîtriser de mieux en mieux puis je me le repasse en boucle dans ma tête avec l’interprétation appropriée ça aide énormément et ça parait plus facile.

  2. arthur
    | Répondre

    Salut Barbara!

    J’ aime bien cet article , tu donnes de bons conseils!
    J’ espère que tu feras de nouveaux articles.

  3. Anne-Maude
    | Répondre

    Bravo! Excellent article. Je ne joue plus de piano depuis des années et je regrette de n’avoir jamais rien mémorisé de manière durable. Cela m’empêche de jouer quoi que ce soit quand l’occasion se présente.
    Par contre ma fille joue depuis 1 an et demi et comme elle n’a pas appris le solfège elle mémorise rapidement le morceau pour pouvoir le jouer. Du coup elle doit faire le travail inverse qui est d’apprendre à lire… En tous cas elle prend énormément de plaisir et moi aussi à l’écouter :-)
    A l’occasion j’aimerais bien que tu abordes la question du solfège… En Suisse c’est obligatoire d’en faire au moins un an il me semble avant de pouvoir commencer à jouer et je trouve ça dommage… J’ai eu la chance de trouver un super prof, privé, qui n’exige pas la connaissance préalable du solfège…

  4. Jean-Louis
    | Répondre

    Voilà des conseils inspirants, et qui peuvent s’appliquer à d’autres disciplines également.
    L’inspiration ne peut-elle pas aider également?

  5. Roland
    | Répondre

    Je suis tombé sur votre site Barbara par hasard et je vous en félicite

  6. Paula
    | Répondre

    J’ai recommencé le piano il y a 3 mois de cela, après 30 ans d’interruption. Je trouve ton Blog hyper intéressant et les articles que j’ai lus m’ont été très bénéfiques. Merci encore et encore…. Concernant l’apprentissage par coeur d’un morceau je trouve que ce n’est qu’à ce stade là que j’arrive enfin à vraiment m’approprier le morceau. Cela me permet aussi de visualiser les touches et donc de regarder mon clavier, de pouvoir vraiment me familiariser avec mon piano que j’ai nommé Florian …

    • Barbara
      | Répondre

      Bravo Paula. Finalement, la musique ne nous quitte jamais. Je sens une grande complicité entre toi et ton piano. Tu dois savoir exprimer sans aucun doute de grandes émotions. Nous suivrons avec intérêt ton évolution pianistique.

  7. Véronique
    | Répondre

    Bjr Paula, moi de même après 20 ans sans jouer, je me retrouve avec un piano neuf car j’avais envie de rejouer, et malheureusement, je ne comprends plus rien, je ne reconnais pas les notes sur les portées plus moyen d’avoir le déclic !! je suis triste !!

  8. Cynthia
    | Répondre

    Bonjour,

    Moi la mémorisation c’est mon gros défaut. Je mets très longtemps à connaître un morceau par cœur.. Je pense que c’est surtout dû au fait que je n’ai pas confiance en moi :( Dans une semaine, je passe un concours d’entrée au Conservatoire, je joue depuis 2 ans, il faut jouer par cœur 2 morceaux, un de mon choix et un imposé, qu’on doit connaître en 12 jours. Ce n’est pas un morceau compliqué et c’est bien là aussi le problème, c’est que quand c’est trop simple je retiens moins bien car tout se ressemble un peu par moment et ça me stress d’avoir le gros trou noir devant le jury.. Je vais tenter de mettre en application vos conseils, je vais tenter de recopier la partition de mémoire, ce ne sont pas des morceaux de plusieurs pages, y’en a qu’une, alors je vais tenter l’expérience, et je ferai aussi chanter sur le nom des notes. Je n’ai absolument rien à perdre. Merci beaucoup pour votre article :)

    • Barbara
      | Répondre

      Cynthia, vous êtes sur la bonne voie. Lisez aussi l’article sur le trac, il peut vous être utile : . Bon courage et bonne réussite à votre concours ! A bientôt.

      • Cynthia
        | Répondre

        J’ai lu tous les articles sur votre blog, ils sont tous super :) Merci. Et j’ai été acceptée au Conservatoire, je commence dans 2 semaines les cours. Je continuerai de mettre vos conseils en applications.

  9. yette
    | Répondre

    Bonjour.
    Je suis nouvelle !! et vraiment votre site est magnifiquement fait !!
    j’ai de gros problèmes de mémoire (pas ordinaire)
    si je ne joue pas un morceau de deux jours IL EST OUBLIE!!

    Avez vous une technique pour m’aider à ne pas oublier… j’ai aimé tous les commentaires instructifs que je mets en pratique!! mais c’est encore le noir!! help!!

    Comme dit plus haut par Marie- Claude, je me mets devant le piano et … rien, comme si je n’avais jamais appris le piano!!

    Désespoir!! découragement !!

    Merci de vos conseils!! Yett

    • Barbara
      | Répondre

      Bonsoir Yett,

      Je suis heureuse que mon blog puisse vous apporter de nouveaux éclairages…
      Pourquoi pensez-vous que vos problèmes de mémoire ne sont pas ordinaires ?
      Mise à part la musique, oubliez-vous des choses importantes dans votre quotidien ?
      Vos précisions me permettraient de vous donner quelques astuces adaptées à votre personnalité…
      Ne vous découragez pas, je vous l’assure, on trouve toujours un moyen de dépasser ses craintes!
      A très bientôt
      Barbara

      • yette
        | Répondre

        Merci Barbara

        oui , mes problèmes de mémoire se retrouvent un peu partout dans ma vie; des fois même quand je suis devant le piano, je vois la (ou les) note(s) mais mon énergie ne me pousse pas à la jouer !! la note reste dans ma tête. Des jours même; ce n’est pas la peine de m’y mettre!! je suis très déçue .
        Yett.
        Quand j’apprends un morceau, je chante à haute voix toutes les notes; mon niveau est Beethoven (les sonates) la berceuse de Chopin que je retravaille et que j’oublie tout le
        temps; Schubert … mais voila je suis incapable de le jouer du jour au lendemain, je ne sais pas pourquoi??
        Est-ce que je vous ai aidé??

        c’est très décourageant!! Merci de prendre de votre temps pour nous!! si jamais j’avais enfin la solution! je serait tellement contente.

        • Barbara
          | Répondre

          Yette, je vous conseille de vous concentrer uniquement sur le dernier système, la dernière ligne, du morceau que vous êtes en train de travailler.
          Travaillez 30 minutes tous les jours, sans exception, la première semaine, uniquement votre main gauche que vous jouerez par cœur en l’observant bien. Et cela, sans être tenté de jouer votre main droite.
          La deuxième semaine, vous ferez le même travail avec la main droite pendant 20 minutes chaque jour, puis dans les 10 dernières minutes de chaque séance, vous jouerez mains ensembles. Tout ceci, évidemment, par cœur.
          La troisième semaine, vous travaillerez toujours ce dernier système en jouant par cœur, mains ensembles, pendant 30 minutes.
          Restez concentrée sur vos mains. Trouvez une assise à travers vos doigts sur le clavier. Si vous avez des trous de mémoire, c’est que vous ne faites pas corps avec l’instrument. Enfoncez vos doigts dans le clavier sans dureté afin d’éviter toute superficialité.
          Vous devez donc avoir la volonté et le courage de travailler uniquement la dernière ligne de votre morceau pendant 3 semaines.
          Je vous garantie que vos résultats seront probants. Ainsi, vous pourrez utiliser la même méthode pour travailler l’entièreté de votre morceau.
          Bon courage à vous et bonne année musicale.

  10. yette
    | Répondre


    yette:

    Barbara !
    Merci je reprend courage après ..la pluie le beau temps…..
    je vais faire exactement ce que vous me conseillez!! mais une question encore; non que je doute de l’efficacité ou de l’utilité ..
    Pourquoi travailler le dernier système de la partition ???
    Y a t-il une explication pour ce choix???
    Question ,non pas de doute ;mais si je connais les raisons ,je crois que mon énergie est plus stimulée (c’est comme cela que je fonctionne )
    Mon papa me disait toujours recherche le pourquoi du comment ..Alors maintenant j’ai un peu de mal à travailler dans l’absolu comme ça.
    merci et que cette année vous encore bien agréable dans tout ce que vous faites.
    Cordialement

    • Barbara
      | Répondre

      Yette,

      Toute la difficulté réside dans vos propos, travailler dans l’absolue sans pouvoir connaître le résultat à l’avance…
      Lâcher-prise et faire confiance est une qualité que je vous conseille de cultiver afin de découvrir sans aucune limitation intellectuelle votre potentiel.
      Ce n’est pas facile, au début, cela le serait probablement d’avantage si nous nous rencontrions chaque semaine mais tenter de faire ce que je vous ai recommandé sans chercher à savoir pourquoi…
      Et nous ferons le point dans trois semaines!

      Bon courage à vous!

      A très bientôt

  11. yette
    | Répondre

    hoho!!! ok je suis d’accord… mais cela va être très difficile….
    Mais je le fait!!!! je veux y arriver .

    Par contre, je ne peux pas travailler pour l’instant (mon beau père est en fin de vie) je ne serai surement pas là dans 3 semaine. Mais je reviens!!!

    merci merci

  12. Anne Catreux
    | Répondre


    Catreux:

    Bonjour Barbara ! A l’instant même, je viens de découvrir votre blog et en le parcourant rapidement, je m’aperçois que vous rédigez vos réponses avec bienveillance d’où l’envie d’être efficace en retour ! Je fais partie de la catégorie des pianistes laborieux : depuis avril 2013, je suis sur le même morceau, une sonate de Haendel en si b majeur (HWV 434) ! Il m’arrive de finir par avoir la mémoire des doigts, c’est tout ! J’intercale ce travail avec des morceaux « faciles » style rag-time… que je joue de façon archi-scolaire… et c’est mortellement ennuyeux ! Jouer par cœur me sauverait ! A bientôt 49 ans, la desperate housewife que je suis (pas trop désespérée !!!) veux s’amuser ! Suis une très grande sentimentale.. la musique m’aide à libérer mes émotions, souvent. Bizarrement je n’ai aucune mémoire des dates, je suis nulle en calcul mental (effort de mémorisation à la clef)… mais pas j’ai la capacité à retenir le vocabulaire appris en anglais ou en allemand, il y a plus de vingt ans !
    QUESTION : Avec une meilleure oreille, j’utiliserai la recherche harmonique pour jouer un morceau de variété (je ne connais AUCUNE chanson par cœur, juste des refrains !) dont je connaîtrais l’air. De fait, c’est la mémoire visuelle que je vais surtout exploiter. UN GRAND MERCI D’AVANCE !

    • Barbara
      | Répondre

      Bonjour Anne. Regardez donc dans les commentaires sous l’article, j’y indique quelques conseils qui pourraient vous être utiles. En général, lorsque l’on a des difficultés pour mémoriser, la cause en est bien souvent un événement ancien douloureux enfoui au fond de la mémoire et qui bloque le processus de mémorisation. Peut-être vous faut-il apprendre à lâcher prise, à quitter le cadre sécuritaire de la partition, pour vous autoriser à faire confiance en vos ressources intérieures ? Quoi qu’il en soit, je vous félicite pour votre investissement musical et vous encourage à continuer cette belle aventure en vous faisant plaisir surtout !

  13. Anne Catreux
    | Répondre

    Oui, lâcher prise, ça serait bien… Je compte suivre les conseils techniques de mémorisation pour commencer. Merci à vous Barbara ! Anne

  14. Laurence
    | Répondre

    Oh la la mémoriser, c’est difficile. Il n’y a qu’en répétant 1 ou 2 mesures, puis ajouter une autre, encore une autre que ça peut marcher…je pense aussi qu’il faut apprendre chaque main séparément et après, apprendre les 2 ensemble.

  15. Laurence
    | Répondre

    J’ai joué du piano classique il y a bien longtemps,je veux m’y remettre et comme j’ai un petit synthè et que je vais récupérer mon piano, j’essaie de jouer. (Je suis sur 5 octaves au lieu de 7) je commence ligne par ligne, la main droite, puis répète les mesures ou il y a difficulté de nombreuses fois, mais je n’ai plus bien la notion du degré musical, alors c’est très difficile de faire du par cœur même en connaissant l’air. Comment faire?

    • Barbara
      | Répondre

      Laurence, regardez dans les commentaires de cet article, j’y donne quelques conseils supplémentaires personnalisés qui peuvent vous être utiles. Ne vous découragez surtout pas !

  16. Laurence
    | Répondre

    J’ai bien lu vos conseils que je vais essayer mais j’ai fait 10/12 ans de piano classique, je jouais ligne par ligne chaque main, en répétant les difficultés et en ajoutant une autre partie, mais ce n’est pas facile. Je suis aussi gauchère et j’ai du mal à coordonner les deux mains, ….vos conseils me surprennent et je vais changer toutes mes habitudes en les suivant.

  17. Octave
    | Répondre

    Merçi pour tout mais j’ai mon examen de piano dans 2 semaines et je dois l’apprendre avant ce week-e,d stp aide moi

    • Barbara
      | Répondre

      Octave, qu’attends-tu de moi ?

  18. mellina66
    | Répondre

    Bonjour Barbara,
    je retourne voir le petrof p116 avec un facteur de piano cet apres midi. La sonorité me plait beaucoup mais le meuble est abimé . Je ne désespère pas trouver la perle rare et continue à jouer sur mon numérique
    Je voulais vous remercier pour vos conseils afin de bien travailler son morceau et arriver à l’apprendre par coeur
    J’ai enfin compris et quel bonheur en 2 heures seulement de se détacher de la partition!!! Beaucoup reste à faire mais je vous suis reconnaissante à vous ainsi qu’à mon professeur de la joie immense que j’éprouve à partager tant d’émotions avec la musique que j’arrive à jouer

  19. Marion
    | Répondre

    Votre article est vraiment interessant! merci! j’essaye de comprendre pourquoi jouer par coeur représente pour moi une telle barrière psychologique et je voulais faire part de mon ressenti. On ne m’a jamais poussé à apprendre par coeur mes morceaux j’ai déjà essayé, j’y arrive et puis tout à coup c’est le blocage! Je sais que ce problème est purement psychologique car j’ai fais l’expérience de jouer dans la semi obscurité, je ne vois donc plus les notes donc je ne joue pas en lisant mais je vois seulement la courbe que forment les phrasés. Et le miracle je n’ai plus de blocage! Je vais essayer d’appliquer vos conseils!

  20. Sylvain
    | Répondre

    Bonjour Mme Barbara,

    Tout d’abord merci d’être là pour nous. Votre site est une mine d’or. J’y ai trouvé beaucoup de réponses. Justement vous en abordez une qui me préoccupe. La voici;
    « 2 – Chanter
    Chanter le plus possible ce que vous jouez. Chantez chaque mélodie. Chantez ce que joue chaque main. L’idéal, c’est de réussir à chanter avec le nom des notes … »

    C’est déjà ce qui se passe dans ma tête lorsque je joue. lorsqu’il y a une note sur la clé de sol et une autre sur la clé de fa de façon décalé, ca va. (exemple je chante « FA » de la clé de sol et ensuite « Do » de la clé de fa). Le problème est que je ne sais pas quoi « chanter » dans ma tête lorsque 2 notes doivent être joué en même temps (exemple « FA » de la clé de sol est en parallèle avec un « DO » de la clé de fa, je ne peux pas dire « FA » et « DO en même temps ???) c’est peut être bien anodin pour vous mais moi je suis perdu dans cette situation. Pouvez-vous me conseiller SVP ?

    Merci et longue vie à vous et votre site Mme Barbara :-)

    Sylvain

    • Barbara
      | Répondre

      Bonjour Sylvain, je conseille d’essayer de chanter chaque ligne mélodique séparément. Lorsque vous rencontrez un accord à l’intérieur d’une ligne mélodique, vous pouvez choisir de chanter la note du haut de l’accord ou bien chaque note de l’accord séparément dans la ligne mélodique. Par exemple, si l’accord comporte 3 sons, vous pouvez chanter 3 fois la ligne mélodique en choisissant de chanter à chaque fois une des notes de l’accord. A très bientôt.

      • Sylvain
        | Répondre

        Bonjour,

        Je ne suis pas certain d’avoir bien saisi mais je vais continuer d’essayer de comprendre. Peut être qu’il me manque des notions qui font en sorte que je ne saisis pas tout. Encore merci

  21. Corinne
    | Répondre

    Bonjour,
    Je n’ai aucun souci pour mémoriser un morceau. Je les connais d’ailleurs tous par coeur à force de répétition. En revanche, j’ai un problème majeur qui m’arrive de temps en temps et qui me plonge, je dois le reconnaître, dans un état de déprime et de désarroi … J’ai, ce que je qualifie de : bug ! Au mieux, j’ai le début du morceau, et je ne me souviens plus de rien, de la suite, mes doigts font n’importe quoi … Force est de constater que plus je m’acharne, pire c’est ! Au début, cela m’arrivait à des retours de vacances. Puis il y eut d’autres retours de vacances sans problème majeurs ! Fatigue, stress, etc. je ne sais pas exactement ce qui génère ça. C’est en tout cas très déroutant et déprimant puisque je me retrouve à ne plus savoir jouer mon morceau, à ne plus du tout m’en souvenir, comme si que toutes ces heures de travail cumulées n’avaient juste servi à rien ! c’est terrible. Je constate que si je prends les choses très calmement, sans stress, le morceau revient comme il est parti, le jour suivant, le surlendemain, … Mais il m’est arrivé de retravailler le morceau avec la partition comme si je ne l’avais jamais su ! (je précise que ce sont des morceaux travaillés régulièrement, et que je ne suis pas non plus très à l’aise avec les partitions. Je joue et j’apprend des thèmes de jazz). Ce type de trou de mémoire arrive t-il à d’autres ? Merci

  22. Gaëlle
    | Répondre

    Bravo Barbara ! et merci de partager votre amour du piano, que je découvre « sur le tard ».
    Je prends depuis peu des leçons avec un professeur très pédagogue aussi, mais je reviens régulièrement sur votre site, je réécoute vos conseils, je me rassure en lisant les commentaires…
    Votre « Que sait-on jouer au bout d’un an » est bien utile lors des petits moments de découragement, et je crois que, grâce à vous, je vais essayer de me détacher de mes partitions-béquilles… et pouvoir jouer devant mes petits-enfants, qui sait ???

    Merci aussi de vos exercices pour lire les notes. Difficile d’apprendre une langue étrangère à partir d’un certain âge, n’est-ce pas ?
    J’espère que vous pourrez trouver le temps de nous en donner pour la clé de Fa.

    Et puis… votre voix est aussi agréable à entendre que votre piano :-)

    • Barbara
      | Répondre

      Merci Gaëlle et bon courage pour le « par cœur » !

  23. sylvia
    | Répondre

    Bonjour,
    je viens de découvrir votre site qui est très bien conçu, notamment pour le solfège. J’apprends le piano depuis longtemps de manière erratique et je ne sais pas comment travailler la souplesse de mon poignet et la musculation des doigts notamment le 5e. peut-être en parlez vous quelque part mais je n’ai pas encore trouvé où.
    Mon piano est un Bord de 1994. Depuis votre Blog j’ai compris pourquoi j’ai du mal avec l’expression.
    Merci
    Via

  24. sylvia
    | Répondre


    Corinne:

    Bonjour,
    Je n’ai aucun souci pour mémoriser un morceau. Je les connais d’ailleurs tous par coeur à force de répétition. En revanche, j’ai un problème majeur qui m’arrive de temps en temps et qui me plonge, je dois le reconnaître, dans un état de déprime et de désarroi … J’ai, ce que je qualifie de : bug ! Au mieux, j’ai le début du morceau, et je ne me souviens plus de rien, de la suite, mes doigts font n’importe quoi … Force est de constater que plus je m’acharne, pire c’est ! Au début, cela m’arrivait à des retours de vacances. Puis il y eut d’autres retours de vacances sans problème majeurs ! Fatigue, stress, etc. je ne sais pas exactement ce qui génère ça. C’est en tout cas très déroutant et déprimant puisque je me retrouve à ne plus savoir jouer mon morceau, à ne plus du tout m’en souvenir, comme si que toutes ces heures de travail cumulées n’avaient juste servi à rien ! c’est terrible. Je constate que si je prends les choses très calmement, sans stress, le morceau revient comme il est parti, le jour suivant, le surlendemain, … Mais il m’est arrivé de retravailler le morceau avec la partition comme si je ne l’avais jamais su ! (je précise que ce sont des morceaux travaillés régulièrement, et que je ne suis pas non plus très à l’aise avec les partitions. Je joue et j’apprend des thèmes de jazz). Ce type de trou de mémoire arrive t-il à d’autres ? Merci

    bonjour,
    oui cela m’arrive aussi d’oublier les morceaux qui semblent acquis et de devoir tout revoir. Je pense que ce phénomène est commun à moins d’être professionnel peut-être. Moi je joue les morceaux au moins une fois par jour pour ne pas les perdre et je passe davantage de temps sur les nouveaux. Pour mémoriser il faut jouer mains séparées en boucle jusqu’à ce qu’on ne pense plus à cette main et l’on peut alors mieux se focaliser sur l’autre.
    sylvia

  25. Lopez Remy
    | Répondre

    Bonsoir,
    Merci pour le temps que vous prenez à nous apporter vos conseils !
    Quand on commence à déchiffrer un nouveau morceau, conseillez vous de l’apprendre par coeur de suite ,ou seulement quand il est bien maitrisé ?

    • Barbara
      | Répondre

      Bonjour Rémy,
      Je conseille d’apprendre un morceau par cœur non pas au moment du déchiffrage, mais au moment où l’on commence à le travailler réellement, tronçon par tronçon (voir ma vidéo « Le secret pour réussir à bien jouer du piano« ). Bonne mémorisation et à bientôt !

  26. jean philippe
    | Répondre

    bonjour babara mon nom est jean philippe j ‘ai 16 ans et je joue du piano
    en fait j’aimerais m’améliorer c’est-à-dire je veux devenir fort impressionner les autres avec mes notes et …
    pour cela j’aurai besoin d ‘un petit coup de main de ta part
    de ce fait je vais à l’école je suis en classe de 1re D enfin je suis en Afrique ….
    Bref je veux devenir un champion , je me débrouille pas mal en ce moment j’arrive à interprète quelque chanson mais moi je veux apprendre le JAZZ donc je compte vraiment sur toi pour me montrer quelque astuce
    merci d’avance et a plus ….
    mon mail
    jeanphilippemgbra@yahoo.fr

  27. Alain44
    | Répondre

    Beaucoup de choses bien vues ont été dites par Barbara: voir la structure harmonique du morceau, se repérer et bien sûr la « décontraction concentrée », la confiance en soi (trac et mémoire sont pour moi très liés).

    Si je peux me permettre d’ajouter un point, avoir des « solutions de secours » peut aussi rassurer. Très momentanément, en cas de trou, on quitte un peu l’oeuvre (c’est que qu’on fait parfois en lecture à vue) mais on garde la pulsation et la structure … Bien sûr on a loupé un petit quelque chose dans l’interprétation stricte de l’oeuvre, mais le « flux musical » de l’auteur a été gardé… c’est pour moi l’essentiel …

    Ces petites solutions de secours sont des dépannages sur le vif, en fait ils sont peu utilisés mais ils rassurent énormément … car le public « normal » (pas des experts, ou un jury d’examen, quoique ?, sauf avec partition sous les yeux…) ne connaît pas l’oeuvre à la note près ….
    Le Boogie (ex typique) est structuré sur des « patterns » (motifs), une partie du classique aussi (basse d’Alberti par exemple, arpèges, fusées etc …). Je trouve que la pratique de l’harmonie (et ses « clichés ») aide beaucoup.

    Debussy a aussi ses « clichés », qui peuvent un peu combler des trous… pour garder le flux musical de l’auteur.

    L’éducation musicale classique, avec son souci de « la note », a tendance à être paralysante.

    Je ne dis surtout pas qu’il « faut faire n’importe quoi ». Mais une mesure « substituée », si elle est dans le style du morceau, peut aider à se décomplexer et se « re-connecter » avec le morceau …
    Bref, je crois qu’il est bien utile souvent, de voir bien plus loin que « la note » ….

    La répétition des mesures est bien sûr capitale. Mais extraire un motif d’une mesure (ou 2, MD ou MG) et le transposer, le changer de contexte… est bien utile aussi ….

    On rejoint aussi, bien humblement, le travail du compositeur. Le compositeur a choisi tel contenu d’une mesure, mais si on prend une mesure un peu voisine où est le drame?, si on a compris son « intention musicale »….
    Développer une vision globale, plutôt qu’une vison pointilliste, peut aider, à la fois à mémoriser et à gérer le trac …

    Barbara a développé une image de la conduite d’une voiture. Cette conduite n’est pas toujours au millimètre près, la direction générale, la fluidité, le ressenti sont les plus importants, à mon humble avis.
    Musicalement, Alain44

  28. TRIQUENEAUX MURIEL
    | Répondre

    Bonjour Barbara
    Je ne connaissais pas du tout la musique et mon rêve était de jouer du piano, et je pensais commencer dés ma retraite a cause du manque de temps. A 55 ans , mon mari m’a dit pourquoi tu attends et j’ai commencé depuis 3 ans avec une professeur toutes les semaines pour mon plus grand plaisir, j’ai aujourd’hui 58 ans. je suis arrivée à jouer régulièrement à la maison. En ce moment , je joue aussi à la gare en attendant mon train. J’avance petit à petit mais cela m’apporte tellement de joies. Cependant j’ai des difficultés à retenir par cœur et aussi avec le rythme et je vais appliquer vos conseils qui vont être bien utiles;
    Merci pour ce site
    Un bonjour au pays de Caux ou ma petite sœur habite également.
    Muriel

  29. gerard
    | Répondre

    bonjour, il est évident que vos cours de solfège sont très bien conçus et je pense que cela va beaucoup m’aider, car je débute dans la musique. j’ai 63 ans,et je suis en train d’essayer de réaliser le rêve de ma vie. faute de moyen, je ne peut pas m’offrir les services d’un prof,mais j’essaie seul de jouer de la guitare jazz. grâce a vous je ferai quelques progrès, merci. cordialement GG.

  30. Marc
    | Répondre

    Après avoir beaucoup joué adolescent, j’avais beaucoup perdu,et je ne jouais presque plus. A 77 ans, j’ai redécouvert le piano, surtout grâce à Youtube, sur lequel on trouve une infinité de vidéos pianistiques. Je n’ai pas retrouvé toute mon agilité d’autrefois. Certaines études de Chopin que je jouais à l’époque me paraissent encore insurmontables. Mais votre site et vos conseils m’ont été précieux, surtout en ce qui concerne le « par coeur ». En effet, lorsque je joue avec la partition, je n’arrive pas à éviter les fausses notes, alors que par coeur, les notes tombent beaucoup mieux sous les doigts.

  31. martinand
    | Répondre

    Si certains morceaux sont facilement mémorisables, certains morceaux paraissent insurmontables, pas de mélodie apparente, impossible à chanter, l’air de la marche turque facile à chanter, mais certains auteurs… je ne vois pas comment les pianistes arrivent à mémoriser de telles oeuvres.

  32. Hélène
    | Répondre

    Barbara, merci pour vos conseils très encourageants ! J’ai commencé à étudier le piano il y a quelques mois (j’ai reçu mon piano pour mon 60eme anniversaire) et après une dizaine de cours particuliers et votre blog je me fais plaisir et espère progresser rapidement. La musique est une bouffée d’air…

  33. Riou Eric
    | Répondre

    En tant que pianiste de bar professionnel j’ai un répertoire de plus de 1000 musiques par cœur … C’est un sujet qui m’intéresse .

  34. sylvie
    | Répondre

    Bonjour, voilà 8 ans que j’essaye de jouer du piano. Mais hélas j’ai des difficultés de mémorisation et en plus les deux mains ensembles me provoquent des blocages. J’ai toujours l’envie et l’attirance pour cet instrument mais je suis tellement frustrée que je vais de moins en moins au piano. Que faire ? Merci de m’aider.

    • CHRISTIANE alias BRIDANSE
      | Répondre

      Bonjour, Sylvie,

      Cela m’étonne beaucoup que vous n’arriviez pas à jouer après 8 ans!

      Comment apprenez vous avec ou sans professeur ,le professeur est indispensable surtout les premières années .
      Le professeur va surveiller que vous ayez la bonne position des mains ?des doigts ,vous corriger s’il le faut pour ne pas prendre de mauvaises habitudes;

      Ensuite il va comme explique Barbara ,vous donnez une méthode de travail ,jamais les 2 mains ensemble tout de suite, mais d’abord la main gauche (beaucoup la main gauche d’ailleurs )
      ensuite la main droite et ensuite les 2 mains .

      Il va surveillez le lié par exemple (moi ce fut utile ) pour qu’il n’y est pas de coupure dans les sons ,bref moi j’ai commencé il y à 5 ans ,et ça a très vite fonctionné .

      Je sais de quoi je parle ,car je n’y croyais pas beaucoup.

      Et puis il faut jouer ,tous les jours ,c’est CAPITAL ?même que 30mn si on ne peut pas plus ,car cela permets au cerveau et au corps d’assimiler ,et vos doigts jouent presque tout seuls ,parfois c’est magique !
      Je vous assure SYLVIE ,le professeur est INDISPENSABLE ,moi je suis à la campagne des fois mon professeur ne vient que tous les 15 jours ,mais je travaille chaque jour meme q’un peu si je ne peux pas plus ,et le prof me corrige si il y lieu ,et me donne ses conseils pour la suite .

      Et les cours ne sont pas si chers qu’on le dit ,parfois je n’ai que 30 mn de cours .

      le solfège peut se reprendre en école de musique au début ,puis il n’y à qu’en lisant les partitions ,qu’on progresse ,pas de secrets.

      voilà si j’ai pu vous aider en quelque chose j’en serai heureuse pour vous , car la joie de jouer d’un instrument est incommensurable, j’espère que vous pourrez vite ,découvrir cela .

      Christiane, guitariste classique AMATEUR depuis 8 ans ,et pianiste moyenne maintenant MAIS très fière tout de même !!!!

  35. Alex Nikichuk
    | Répondre

    Bonjour à toutes et à tous
    Je réagis sur le thème d’apprendre la musique étant adulte. Je vais avoir 82 ans, et je me suis mis à jouer de l’accordéon diatonique il y a dix ans.
    C’était dans un but purement récréatif, pour m’amuser. Je n’ai aucune tradition musicale, personne dans la famille joue ou a joué d’un quelconque instrument.
    Je me suis aperçu rapidement du besoin de connaître le solfège, car je ne joue pas d’oreille. Ainsi j’ai pris des livres et je me suis plongé dans la technique musicale. J’ai appris la « quantité » nécessaire de solfège pour mon instrument. Je peux donc lire une partition, battre la mesure en fonction du rythme (2/4, 3/4, etc), harmoniser des mélodies qui sont généralement très simples, car étant pour l’essentiel des chansons populaires (exemple Le temps des cerises, Mon pote le gitan, la Java bleue, L’Internationale, Hasta siempre comandante, et tutti quanti).
    Je précise que l’accordéon diatonique est très particulier par le jeu en tiré/poussé, étant un instrument dit « bi-sonore » car la plupart des touches du clavier produit une note différente selon que le soufflet est tiré ou poussé. Le modèle courant le plus utilisé ne comporte que deux tonalités : DO majeur et SOL majeur. sur deux rangées de boutons. Je possède un accordéon avec une troisième rangée comportant tous les demi-tons.
    Concernant la mémoire, je m’applique à jouer par coeur selon les indications de ce blog. Je possède une bonne mémoire, très active par l’apprentissage des partitions.
    En conclusion, j’affirme en accord avec Barbara qu’il est possible d’apprendre la musique à toute âge, développer sa mémoire, au prix sûrement d’un travail assidu, soit la pratique de l’instrument par des répétitions sans cesse renouvelée, ce point étant selon moi essentiel.
    Je vous salue cordialement.
    Alex Nikichuk

    • Marie-jeanne
      | Répondre

      Bravo Alex!
      Merci Barbara pour cet excellent artiste très complet.
      C’est vrai que la mémoire est comme un muscle. Ca se travaille
      J’ai toujours eu beaucoup de facilité pour les mémoriser mes morceaux au violon ou à lalto avec un instrument mélodique ou en chant . Mais quand j’ai commencé le piano j’avais un mal fou à memoiser car je n’avais pas l’habitude avec un instrument harmonique. Avec l’entraînement c’est devenu maintenant beaucoup plus facile maintenant.

  36. fournet guy
    | Répondre

    j’ai été 30 ans à ne plus jouer de mon accordéon cause de métier je mi suis remis il y à 10 ans ou j’ai rejouer dans un orchestre de copain cela au début à été pas facile donc comme tu dit je me suis mis à répéter tous les jours et maintenant j’arrive à rejouer de mémoire c’est de bons conseil ce que tu dit, et puis il faut surtout écrire de la musique sais encore beaucoup mieux pour mémoriser donc je me suis mis à composer et maintenant ça va mieux

    • Alex Nikichuk
      | Répondre

      Je voudrais ajouter une information technique concernant l’apprendre par coeur
      C’est l’utilisation de l’EMPAN.
      Ancienne mesure, avec la coudée, on ouvre la main doigts ouverts, étendus, l’empan est la distance entre la pointe du pouce et la pointe du petit doigt. Je crois que les joueurs de boules l’utilisent encore pour mesurer la distance entre deux boules.
      Aujourd’hui c’est une unité d’apprentissage, il est lié au nombre SEPT. C’est le nombre maximum de connaissances que nous pouvons assimiler d’un coup affin d’alimenter la mémoire de court terme.
      Pour la musique, sélectionner ou choisir sept notes, ou deux mesures et les apprendre par coeur en les répétant et battant la mesure.
      Ensuite passer au deuxième groupe de sept (ou six, ou huit, pas plus de dix) notes, une fois apprises les lier avec le groupe précédent et ainsi de suite, c’est un travail facile, la clé de l’affaire est la répétition, répétition plus nombreuse si l’apprenant est âgé.
      Pourquoi faut-il répéter un grand nombre de fois ? pour enregistrer les novelles connaissances dans les neurones et synapses dont la composition de base sont des protéines, protéine du PROTO, premier, l’origine. La protéine est la molécule la plus étendue et donc la plus longue à impressionner.
      Nous ne pouvons pas faire l’impasse sur ce mécanisme.
      Voilà, j’espère vous avoir intéressé avec mes digressions
      Je vous salue bien cordialement
      Alex Nikichuk, joueur d’accordéon diatonique, encore une autre histoire.

Répondre